les bachelleries – un aperçu

avril 13, 2007 at 6:52 (fêtes)

Plusieurs textes sur les Bachelleries ? sur cette fête maintenant disparue ?… il n’empêche qu’elle est l’illustration parfaite d’une transmission et d’ une adaptation au cours des siècles de rites remontant probablement à la plus haute Antiquité si ce n’est à une époque antérieure. C’est pourquoi nous l’avons trouvée exemplaire et source de réflexion…

 

__________________________________________

 

 

Les Bachelleries : aperçu rapide

Le 1er mai dans la Vienne demeure confondu avec la fête de la jeunesse: la Bachellerie, spécifique au Centre Ouest et à l’Ancien Régime. C’est une sorte de tribunal populaire (où une jeune fille, avec des fleurs, rejette ou reconnait un jeune homme) avec rituel initiatique, une institution masculine composée de célibataires jeunes ou mariés sans enfants: paysans illetrés, fils de seigneurs ou d’artisans y fusionnent totalement. les femmes n’y ont qu’un rôle mineur (mais l’élection du roi des bacheliers, sacré sur une pierre destinée uniquement à cet usage est lié à celui de la reine) et les candidats apparaissent souvent revêtus d’un habit blanc (1). C’est une fête de plein air avec des coutumes typiquement paysannes où l’on célèbre le soleil, la végétation, les animaux, on implore les éléments naturels et on danse. Quant à la virilité des hommes, elle s’exprime dans des jeux-combats très codifiés.

La fête se déroule du dernier vendredi du mois d’avril à midi au 1er mai.

Le premier jour, les bacheliers s’emparent de l’espace dans lequel ils vont évoluer (le village, les bois et les champs, le chateau, l’église), y paradent à pied ou à cheval et vont rencontrer les nouveaux mariés à leur domicile.

Le deuxieme jour, par trois fois, « on fesse le mouton »: les bacheliers en habit d’apparat vont offrir un bouquet d’oranger aux nouvelles mariées de l’année et les faire danser. La dernière mariée, armée d’une baguette, tente alors, par trois fois de faire faire le tour d’un tonneau à un mouton puis chacun des jeunes hommes prend le mouton sur son dos et le fait pirouetter trois fois au dessus de sa tête. Ainsi la virilité des jeunes gens était mise en valeur et la jeune fille passait officiellement devant toute l’assemblée du groupe des filles à celui des femmes.(2)

Le troisième jour, à la sortie de l’église, les bacheliers saisissaient la première paysanne qui en sortait, la faisaient danser (la « danse de la bergère »), puis, vêtus de blanc, sur leurs chevaux enrubannés se rendaient dans une prairie, précédés des deux premiers et des deux derniers mariés de l’année, porteurs de deux épées nues piquées d’une orange et de deux drapeaux. Ils vidaient leurs verres, les lançaient en l’air et partaient au galop pour parcourir la campagne Les deux premiers à apparaitre devant le chateau étaient vainqueurs et couronnés par la jeune fille de leur choix.(3)

A l’occasion des ces Bachelleries, on organisait aussi divers jeux:

– le jeu de la soule ou de l’éteuf était pratiqué par tous ceux qui voulaient devenir roi des bacheliers où il s’agissait de s’emparer d’une pelote de velours rouge garnie de clous dorés et de rubans décorés (l’éteuf) ou d’une énorme boule décorée de lauriers (la soule) placée à l’intérieur d’un « cercle magique ». Etaient, semble-t-il de rigueur: sensualité, brutalité, humour, gaieté, ingéniosité (interdit depuis longtemps à cause de sa brutalité, j’ai lu récemment qu’une ville, Montmorillon je crois, envisage de restaurer ce jeu de la soule…)
– la quintaine qui consistait, sur un cheval lancé à toute vitesse, à frapper un mannequin placé sur un pivot. Quand elle se jouait sur l’eau, le jouteur, installé à l’avant d’un bateau lancé à vive allure devait pareillement frapper un mannequin placé sur pivot.

 


Commentaires et pistes de réflexion

(1) à rapprocher des bandes de Luperque dont on a différents témoignages pour la Rome Antique qui avaient un statut spécial entre l’enfance et l’âge adulte et qui accomplissaient des rites liés à la fertilité, il est donc possible qu’il y ait eu des équivalences en gaule celtique. Aujourd’hui on trouve encore, surtout dans les régions de montagne, des groupes rivaux noirs et blancs qui vont donner l’aubade aux habitants à l’occasion des fêtes de fin d’hiver. Ces personnages sous couvert des habits traditionnels et des masques qui y sont associés ont un statut d’impunité, les chansons sont souvent satiriques pour ceux qui reçoivent leur hommage mais nul ne songerait à s’y soustraire sous peine de chahut plus grave. On y retrouve également des vieux rites de fertilité lié à l’ours.

 

(2) il se dessine assez nettement à travers ces coutumes des vieux rites de fertilité et de passage au statut adulte. A des époques plus éloignées, le bélier avec ses cornes enroulées était également une des représentations de la fertilité féminine. On y retrouve l’image du serpent à tête de bélier associé à Cernunnos, en attribut mais également en divinité indépendant. Le serpent est un animal porteur de symboles chtoniens, il disparait dès que la température baisse pour réapparaitre aux beaux jours avec les futures récoltes.

(3) ce passage laisse entrevoir de multiples correspondance possibles. Ces fêtes codifiées à la Renaissance( qui est encore le Moyen Age) époque où le jeu de tarot s’est répandu en Europe.
La paysanne qui est entraînée pour une danse par les bacheliers (une ronde?) sort de la messe : elle y a échangé une pièce/Denier à la quête contre une hostie au moment de l’élévation (don/contre don ?). Les mariés portent des Epées et leurs drapeaux sont donc attachés à des Bâtons. Enfin à la fin de la course les cavaliers vident leur verres/Coupes. Chaque couleur est attachée à un élément : coupe/eau … le monde est recréé dans l’espace de chaque année entre les premiers et les derniers couples mariés, chaque année connait une nouvelle hiérogamie.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :